Maîtrise d’œuvre BE terre pour Sogeprom

//Maîtrise d’œuvre BE terre pour Sogeprom

Maîtrise d’œuvre BE terre pour Sogeprom

Sur l’îlot 44 de la ZAC Andromède à BEAUZELLE (31) , se dessine un bâtiment qui en apparence a tout d’un immeuble traditionnel de logement collectif. Conçu par l’agence parisienne BRUNO ROLLET Architecte pour le compte du promoteur immobilier SOGEPROM, sa forme triangulaire permet de profiter au mieux de la parcelle d’angle, et sa hauteur varie de 3 à 5 niveaux qui se découpent pour laisser diffuser la lumière naturelle au centre de l’îlot. Cette allure dynamique est complétée par de grands balcons ou terrasses, avec des jardinières surdimensionnées pour planter des petits arbres qui viendront créer des séparatifs visuels entre les 52 appartements.

Maîtrise d'œuvre BE terre Sogeprom

Comme souvent dans les projets de logements, les besoins en stationnement obligent à creuser 2 niveaux de sous-sol qui abritent les 80 places de parking nécessaires, et entrainent de fait des énormes quantités de terre à déblayer et évacuer. Fort de ce constat récurent, OPPIDEA, l’aménageur de la ZAC, avait demandé lors du concours pour cet îlot de réfléchir à une solution permettant de limiter le transport de terre et qu’un engagement soit pris pour la réutilisation sur site d’un maximum de ce matériaux.

C’est dans ce contexte que la société SOGEPROM a fait appel à la SCOP EcoZimut pour l’accompagner elle et son équipe de maîtrise d’œuvre en tant que bureau d’étude terre.

Maîtrise d'œuvre BE terre Sogeprom

Notre mission se divise en trois temps.

Tout d’abord, nous sommes intervenus dans une réunion d’avant-projet avec tous les intervenants pour expliquer les différentes possibilités de réutilisation de la terre dans un projet de construction, et recueillir les contraintes et spécificités du projet.

Ensuite, nous avons étudié plusieurs scénarios en mettant en avant les atouts et les contraintes de chaque proposition, aussi bien sur les plans techniques et économiques que logistiques et assurantiels.

Cette phase a abouti à la décision du maître d’ouvrage de réaliser les murs de refends du bâtiment en béton de terre du site.

Le béton de site permet de formuler à partir de la terre du terrain un béton qui utilise le sable et les graviers présents naturellement dans la terre, et de diminuer la quantité de ciment car une partie du liant est assuré par l’argile.

Maîtrise d'œuvre BE terre Sogeprom

La dernière étape de notre mission consiste à faire une étude de faisabilité de la terre afin de juger de son potentiel à être utilisable ou non pour cette technique constructive. Pour cela, nous avons prélevé une quantité de terre sur le terrain et nous avons travaillé dans notre laboratoire afin de réaliser différentes formules que nous avons éprouvées avec des essais divers : résistance à la compression, à la traction, à l’érosion, à l’abrasion, etc.

Cette étude, toujours en cours, nous permettra de rendre un rapport joint au dossier de consultation des entreprises et qui donnera des indications sur une formulation possible du béton de terre, qui servira de base aux entreprises pour le chiffrage et les études d’exécutions qui aboutiront à la formule finale mise en œuvre.

En parallèle de ces essais, nous participons à la rédaction des CCTP du lot gros œuvre terre avec le bureau d’étude structure pour préciser la méthodologie attendue afin de réaliser le béton sur site, tout en contrôlant la qualité de celui-ci par différents test que devra réaliser l’entreprise.

Ce mode constructif innovant nécessite à chaque étape un accompagnement particulier pour expliquer, rassurer et faire travailler les différents acteurs ensembles : maître d’ouvrage, bureau d’études, architecte, bureau de contrôle et entreprises.

Maîtrise d'œuvre BE terre Sogeprom

C’est là tout l’intérêt de notre mission d’accompagnement en tant que bureau d’étude terre, et plus généralement, en tant que spécialiste des matériaux bio et géosourcés. Le résultat ainsi possible permet d’aboutir à une solution qui d’une part limite l’évacuation des terres du site, mais limite aussi l’approvisionnement de matériaux de construction, ce qui a pour effet de réduire l’impact carbone du bâtiment et de remettre au goût du jour un des principes de base des techniques constructives ancestrales : utiliser les ressources disponibles sur son terrain.

2018-05-31T16:04:35+00:0023 mai 2018|Actus|